La souffrance des animaux à fourrures

La souffrance des animaux à fourrures

Comme les humains, les animaux sont capables de ressentir du stress ainsi que de la frustration lorsqu’ils ne sont pas à l’aise dans l’environnement qu’ils vivent. C’est surtout ce qui arrive à ces animaux qui sont retenus en captivité, dans le but de fournir des fourrures pour des articles de tendances et de mode.

Leurs vies n’ont plus d’importance :

Des enquêtes ont été faits et ont montré que les animaux séquestrés ne reçoivent pas de traitement aux blessures et aux infections qui leurs atteignent dans leurs prisons. Les éleveurs ne font rien face à cela du fait que ces animaux n’ont pas beaucoup de temps à vivre.

Aucun des animaux à fourrure vivant dans de telles conditions, ne restent en vie plus d’une année. La plupart n’a que 6 à 7 mois même pour vivre.

Cela dans le but d’avoir une bonne qualité de fourrures car à cet âge, les fourrures sont encore très fraîches et ne montrent aucun signe de défauts sur leurs pelages.

Aucune pitié envers les animaux à fourrure :

Dès que leurs fourrures révèlent la beauté et présentent les bonnes caractéristiques, les animaux à fourrures sont tout de suite abattus. Aucun des méthodes d’abattages des animaux montrent de la pitié ou de la compassion en vers ces animaux. Électrocution, le gazage, l’injection de produit mortel, écrasement du cou ou même écorcher vif… des façons de tuer, qui assurent la mort immédiat.

Leur but principal dans tous cela, c’est de préserver la qualité de la fourrure dont l’animal dispose.

Si certains animaux survivent aux électrocutions, ils subissent tout de suite une dislocation du cerveau.

Des actions de cruauté sans égales, dont les victimes sont des animaux qui n’ont fait de mal à qui que ce soit.