Des animaux condamnés et menacés

Des animaux condamnés et menacés

La seule occasion où les animaux à fourrure élevés dans des fermes, est le moment où ils seront portés à l’abattoir. Un endroit dans lequel ils finiront de vivre de manière inhumaine et ignoble dont ils ne méritent pas.

Aucun espoir de retour dans la nature :

Aucune autre alternative n’attend ces animaux à la sortie de leurs prisons. Après le passage dans les industries, leurs peaux seront combinés avec de la soie ou des tissus et rangés dans des armoires. Les restent de leurs corps seront jetés ou bien utilisés comme engrais. Des animaux qui méritent de vivre librement et dans leurs habitas naturels tout comme nous les humains qui ne sont pas maltraités par d’autres espèces. Les animaux méritent les même droits que nous sur ce point pourtant des gens profitent de leurs faiblesses pour les exploiter et les transformer en sources d’argent d’une manière barbare.

Des espèces menacées :

Le fait de chasser les animaux à fourrure, comme les phoques par exemple, et de les piéger dans la nature, les castors par exemple, menacent ces espèces. Ceci surtout à cause du nombre d’animaux mis à mort très élevé, qui atteint des millions chaque année.

Les exigences de la mode sont énormes aussi parce qu’il faut 100 peaux de chinchillas pour faire un seul manteau. Or il y a un nombre important de client ce qui poussent les producteurs à augmenter leurs productions. En d’autres termes cela signifie qu’il faut tuer plus d’animaux pour avoir plus de fourrure. Mais les menaces vont encore plus loin parce que ces exploitations ne s’effectuent que dans un seul pays mais dans plusieurs. En plus, ces pays sont devenus complices et associés dans l’élevage des animaux à fourrure, une autre mauvaise nouvelle pour ces animaux.